Les événements de l'Export

AFRICAN UTILITY WEEK 2020 - Pavillon France Electricité & ENR - Afrique du Sud


Un événement

Programme France Export

Date

Du 12 mai 2020

au 14 mai 2020

Lieu(x)

Le Cap

AFRIQUE DU SUD


Business France organise, du 12 au 14 mai 2020, un  Pavillon France lors de l'AFRICAN UTILITY WEEK 2020 salon de l'Electricité & ENR et Afrique du Sud

Salon international sur 3 jours qui permet de rencontrer des représentants de municipalités / régies d’électricité et d’eau de tout le continent. Cet évènement s’adresse prioritairement aux équipementiers réseaux T&D, aux sociétés spécialisées dans la production ENR et dans le secteur de l'eau.

Sommaire

Opportunités du marché

Les avantages du Pavillon France

Offres de participation 

Contacts : posez-nous vos question

Opportunités du marché

Avec 58,8 millions d’habitants, un PIB estimé à 350 milliards de dollars, comptant pour plus de 25 % du PIB de l’Afrique sub-saharienne, l’Afrique du Sud est la 2e économie d’Afrique après le Nigeria. Sur le plan énergétique, le pays est le plus grand marché de l’électricité en Afrique, avec une capacité électrique installée de plus de 45 GW, ELECTRICITE Le ministre de l’Énergie et des Ressources Minérales, Gwede Mantashe, a annoncé vendredi 18 octobre 2019 la parution de la nouvelle feuille de route nationale pour le secteur sud-africain de l’électricité, l’Integrated Resource Plan (IRP). Cette dernière version de l’IRP, qui prône les avantages d’un mix énergétique diversifié, prévoit le rajout, d’ici à 2030, de 14 400 MW d’éolien ; 6 000 MW de solaire ; 3 000 MW de gaz ; 2 500 MW d’hydroélectricité ; 1 500 MW de charbon ; et 2 088 MW de capacité de stockage sur le réseau électrique national. Il est également à noter que la centrale nucléaire de Koeberg verra sa durée de vie prolongée de vingt ans, en prévision de l’arrivée de nouvelles centrales nucléaires post 2030. L’IRP prévoit également pour 500 MW par an de production décentralisée. En parallèle, plusieurs centrales à charbon seront décommissionnées dans les prochaines années. Près de 95% de l’électricité produite en Afrique du Sud est actuellement issue de centrales à charbon. Il est à noter que le solaire prévu par l’IRP ne concerne que le PV, la technologie CSP (concentrated solar power) étant désormais abandonnée par les autorités. L’électricien public sud-africain ESKOM se prépare à lancer un appel d'offres à grande échelle pour le stockage d’énergie, le 1er du genre en Afrique : 1,4 gigawattheure de stockage de batterie devra être installé d'ici décembre 2021. Le projet sera divisé en 2 phases, avec une capacité initiale de 200 mégawatts/800 mégawattheures à construire d'ici décembre 2020. La 2ème phase comprendra 60 mégawatts d'énergie solaire qui seront intégrés au stockage de la batterie. L'appel d'offres a déjà été approuvé par le ministère sud-africain des finances. Le projet comprendra également l’exploitation, l’entretien des batteries et la sécurité. EAU Malgré des infrastructures développées, à la suite de deux décennies de manque ou d’absence de maintenance et d’investissements dans les infrastructures hydriques nationales (réseaux de transport, stations de traitement des eaux usées), le pays est frappé par des problèmes tels la détérioration de la qualité de l’eau, des coupures d’eau fréquentes et, notamment dans les municipalités situés dans des zones rurales, une augmentation des maladies liées à l’eau (manque de traitement des eaux usées, augmentation de la pollution des rivières). L’Afrique du Sud est un pays en situation de stress hydrique, avec des ressources en eau relativement faibles et une consommation par habitant (230 L/jour) supérieure à la moyenne mondiale. À la suite d’épisodes de sécheresse ayant frappé de nombreuses municipalités du pays, de grands programmes d’investissement sont en cours de préparation afin de faciliter la rénovation des infrastructures vieillissantes et la sécurisation de l’approvisionnement en eau du pays. Dans le cadre du plan stratégique de remplacement annuel d’1,5% de canalisations vieillissantes du réseau d’eau de Johannesburg, la ville œuvre actuellement au remplacement de l’intégralité des conduites d’eau et d’assainissement n’ayant plus qu’une vie utile de moins de deux ans, pour un coût estimé à plus de 2,8 Md ZAR (172 M EUR). Lors des trois dernières années, 191 km de conduites d’eau et 99 km de canalisation d’assainissement ont été remplacées par Johannesburg Water. Opportunités pour les entreprises françaises : La rénovation des infrastructures vétustes et vieillissantes ; L’introduction de nouvelles technologies ; La participation aux programmes « new build » (construction de nouvelles infrastructures) initiés par des villes et régies ; Les investissements dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement via des PPP / BOT etc. Exemple de projet : la Banque publique allemande KFW a octroyé fin 2018 un prêt de 3,2 Mds ZAR (200 M EUR) à la ville de Cape Town pour développer ses infrastructures de traitement des eaux usées. La ville du Cap envisage également d’investir dans des projets de forage et de dessalement, afin de diversifier les sources d’approvisionnement en eau de la ville.

Le secteur de l'électricité, reposant fortement sur le charbon (93% de la production d’électricité nationale), cherche à se moderniser et à se diversifier à travers des alternatives telles les énergies renouvelables et la production décentralisée.
Le Plan énergétique national prévoit ainsi la construction de plus de 42 600 MW de nouvelles capacités de production d’ici 2030, dont 17 800 MW issus d’énergies renouvelables. La société publique ESKOM continue également à lourdement investir dans la rénovation et le maintien de son réseau.
A cela s’ajoute un besoin d’améliorer l’efficacité énergétique du pays en favorisant le développement de réseaux électriques intelligents (« smart grids »).
Le climat énergétique sud-africain et africain dans son ensemble offre de réelles opportunités aux entreprises françaises pour vendre leurs équipements et services. Vous rencontrerez lors de cet évènement, des représentants des municipalités et des régies d’électricité et d’eau de tout le continent africain qui feront le déplacement pour trouver des réponses à leurs problématiques énergétiques.
Faites le déplacement et venez présenter du 12 au 14 mai au Salon African Utility Week 2020 du Cap votre savoir-faire à plus de 6000 visiteurs !

Les avantages du Pavillon France : 

Le pavillon France offre de multiples avantages aux sociétés françaises qui souhaitent exposer sur ce salon : 

  • Stand "clé en main" avec une logistique facilitée
  • Des coûts de participation réduits 
  • Une visibilité renforcée sur le salon 
  • La promotion des entreprises du Pavillon France pour attirer les visiteurs 
  • Une séance de coaching d'1h sur "comment faire du business en Afrique du Sud et "Comment être efficace sur un salon"
  • Une réunion d'accueil présentant les opportunités du marché Sud Africain avec l'intervention d'invités de haut niveau 

Offres de participations : 

Offres Standards

Offres Complémentaires 

Contacts : posez-nous vos questions : 

Pour aller plus loin ou nous poser vos questions, contactez : texte