Les événements de l'Export

French Fintech Tour - Kenya, Ethiopie


Un événement

Programme France Export

Date

Du 14 septembre 2020

au 18 septembre 2020

Lieu(x)

Nairobi et Addis-Abeba,

ÉTHIOPIE, KENYA

Pays concerné(s)

ÉTHIOPIE, KENYA


Le secteur bancaire du Kenya domine largement l’Afrique de l’Est et centrale, grâce à la présence de grands groupes bancaires kenyans dans les pays de la région (Ouganda, Tanzanie, Rwanda, Soudan du Sud et/ou République démocratique du Congo).
Le secteur financier kenyan progresse en 2017, affichant une croissance moyenne de 9,93% de ses actifs :
- Le secteur des assurances a progressé de 18,2% en 2017, par rapport à l’année précédente, avec des actifs s’établissant à 5,9 Mds USD
- Les actifs bancaires ont progressé de 8,1 %, pour un montant total de 40,3 Mds USD.
- Les actifs des fonds de pension et caisses de retraite s’élevaient à 10,9 Mds USD en hausse de 10,6 % et ceux des coopératives d’épargnes et de crédits à 4,5 Mds USD. 
Le Kenya comptait en 2017, 42 banques commerciale actives : les 10 premières banques du pays représentent 76% de parts de marché. 7 de ces banques sont à capitaux kenyans, les autres sont d’origine sud-africaine ou britannique. Le Kenya est le premier marché mondial pour le paiement mobile. La valeur totale des transactions réalisées par toutes les plateformes de paiement en 2018 s’élevait à 80 Mds USD, soit environ 89% du PIB kenyan. Nairobi, ou Silicon Savannah, est considérée comme le 1er hub tech africain, grâce à des levées de fonds record en 2018 : les start-ups kenyanes ont attiré 348 M USD d’investissements en 2018. C’est également le 2ème hub tech dans le domaine de la FinTech après l’Afrique du Sud : le Kenya accueille déjà 20% des entreprises FinTech d’Afrique sub-saharienne. Dans ce contexte, les opportunités d’affaires sont nombreuses… et il faut les saisir ! Plus particulièrement, les opportunités résident dans l’amélioration des plateformes numériques financières, tant d’un point de vue de la performance que de la sécurité, dans la sécurisation des transactions, l’amélioration des services de paiement, la recherche de financements alternatifs…