Les événements de l'Export

Délégation française: Bailleurs de fonds - Projets des secteurs Energie/Eau/Environnement - Kenya & Ouganda


Un événement

Programme France Export

Date

Du 21 septembre 2020

au 25 septembre 2020

Lieu(x)

Nairobi et Kampala ,

KENYA, OUGANDA

Pays concerné(s)

KENYA, OUGANDA


Business France organise, du 21 au 25 septembre 2020, des rencontres avec les bailleurs de fonds finançant des projets dans les secteurs de l'Energie, l'Eau, l'Environnement au Kenya & Ouganda. 

Avantages principaux de la participation à l’évènement :
Ces rencontres acheteurs seront organisées dans les secteurs porteurs les plus financés au Kenya et en Ouganda : Eau/Energie/Environnement. L’évènement cible les entreprises françaises spécialisées dans ces secteurs et qui seraient désireuses de découvrir les marchés kényans et ougandais, afin de comprendre les aspects règlementaires, de connaitre les projets en cours et à venir, et de développer un réseau local. Les participants auront ainsi l’opportunité de rencontrer les acteurs clefs du marché dans le secteur public, mais aussi les acteurs privés, ciblés en amont de la mission, en fonction de l’activité propre et de la ligne de développement mise en avant par les entreprises. Un accompagnement sur mesure dans la prospection présente un atout majeur pour découvrir les acteurs publics et privés, bailleurs de fonds – financiers, partenaires potentiels, acheteurs, décideurs-donneurs d’ordre, distributeurs/agents.

A propos de l'événement :
Il s'agit d'une mission de découverte et de prospection des marchés kényans et ougandais, organisée sur 5 jours (2,5 jours au Kenya et 2 jours en Ouganda). 
Déroulement :  
• Séminaire de présentation du pays et session de coaching sur les codes business en vigueur
• Réunions collectives avec les différents bailleurs de fonds des secteurs Eau/Energie/Environnement
• Rendez-vous personnalisés BtoB avec de potentiels partenaires privés kényans et ougandais : acteurs publics, privés et bailleurs de fonds (ciblage des acteurs établi avec les entreprises en amont de la mission)
• Cocktail de networking à la Résidence de France avec la communauté d’affaires française et les acteurs kényans du secteur

En savoir plus sur les opportunités présentés par les marchés kényans & ougandais :

• Kenya :
Avec un PIB de 88 Mds USD en 2018, le Kenya est faiblement dépendant des exportations de matières premières et bénéficie d’un secteur privé développé et dynamique. Sa croissance économique annuelle oscille entre 5 et 8% depuis plus de 10 ans. Doté de bonnes infrastructures, le pays est considéré comme le hub logistique et commercial de l'Afrique de l'Est et l'un des principaux marchés d'intérêts et d'opportunités pour les entreprises françaises en Afrique anglophone.

Eau :
Par le programme appelé « Vision 2030 », le gouvernement kényan a établi des objectifs d’efficience et de durabilité dans la gestion des eaux (assainissement, traitement), des déchets (minimisation, réduction et valorisation) et de la pollution, d’ici à 2030. Ces secteurs sont donc extrêmement financés par les bailleurs de fonds au Kenya, en premier lieu par la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et l’AFD (1er poste Energie au monde). Les secteurs de l’énergie et de l’eau représentent les 1er et 2ème secteurs de concentration de l’AFD au Kenya.

Energie :
La demande d’électricité a connu une expansion importante ces dernières années, principalement tirée par les consommateurs industriels et commerciaux, qui représentent plus de la moitié de la consommation électrique du pays, alors que la capacité de production en pointe a doublé depuis 2007 pour s’établir à environ 2 300 MW. La consommation d’électricité du Kenya s’établit à 10 205 GWh en 2016/17, soit une augmentation de près de 4% par rapport à l’année précédente. Le taux d’accès à l’électricité a connu une forte augmentation, en passant d’environ 30% en 2013 à 56% en 2016, et le secteur résidentiel représente aujourd’hui le quart de la demande. La production électrique est ouverte aux producteurs indépendants (IPPs), qui représentent près de 30% de la capacité installée totale (environ 700 MW). Le potentiel de production hors-réseau reste important et pourrait concerner un dixième de la population en 2020.

Ouganda :
L’Ouganda est la troisième économie des pays de la Communauté d’Afrique de l’Est avec un PIB de 28,7 Mds USD en 2018 et une croissance économique de 6,2% sur cette même année. La position géographique centrale de l’Ouganda, desservant l’Est de la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud et le Rwanda, ainsi que l’environnement des affaires favorable au secteur privé avec un régime d’investissement très libéral font de l’Ouganda un pays très attractif pour les investisseurs étrangers. Le gouvernement ougandais s’est engagé dans une politique d’investissements publics de grande ampleur en faveur du développement des infrastructures, et le savoir-faire et les technologies françaises sont reconnus dans de nombreux domaines (eau, assainissement, tech, santé, distribution, agriculture).

Eau :
Dans la capitale Kampala, la demande quotidienne de 210,000 m3 d’eau potable excède déjà les capacités de traitement de la NWSC (National Water and Sewerage Corporation) évaluées à 183 000m3. Or, la population de cette ville devrait doubler d’ici 2025, ce qui entraînera une hausse critique de la demande.

Energie :
Capacité additionnelle de 2 500 MW d’ici 2021, avec pour objectif de garantir un accès à l’électricité à 80% de la population d’ici 2040. Les efforts du Gouvernement, à travers le plan quinquennal National Development Plan 2010/2015, ont permis de développer et de porter la capacité électrique installée à 858 MW en 2016, dont 81,4% fournie par l’énergie hydraulique, 14% par l’énergie thermique et 4,6% par la cogénération bagasse. Le coût de l’électricité reste élevé: pour les ménages, 0,04 USD/kWh pour les 15 premiers kWh et 0,19 USD/kWh au-dessus de cette limite; pour le secteur commercial 0,17 USD/kWh et pour l’industrie 0,16 ou 0,11 USD/kWh.