Les événements de l'Export

Atelier Sénégal & Mauritanie 2021


Un événement

Programme France Export

Date

Du 7 avril 2021

au 7 avril 2021

Lieu(x)

Paris

FRANCE

Pays concerné(s)

MAURITANIE, SÉNÉGAL


Seconde économie d’Afrique de l’ouest francophone derrière la Côte d’Ivoire, le Sénégal a structurellement une économie très tertiarisée, le secteur représentant 61% du PIB (télécoms et tourisme en tête), contre 23% pour le secteur secondaire et 16% pour le secteur primaire. Afin d’accélérer son développement, le pays a engagé une stratégie « Plan Sénégal Emergent », qui a permis la réalisation d’un nombre important d’infrastructures : hub aérien, infrastructures autoroutières, mobilité urbaine (projets TER et BRT engagés et encore en cours), infrastructures énergétiques (avec une montée en puissance des EnR), etc. Ces investissements massifs (près de 15 Mds EUR durant la phase 1 entre 2014 et 2018) ont permis au pays d’afficher un taux de croissance moyen de 6,4 % sur les cinq dernières années. La poursuite des grands projets entamés, et l’entrée prochaine du Sénégal dans le cercle des pays producteurs de pétrole, permettent d’entrevoir des perspectives encore meilleures au cours des années à venir.

La Mauritanie bénéficie d’un soutien des bailleurs de fonds et des organisations internationales. Des prévisions de croissance prometteuses avec alimentée par la vigueur du secteur minier et du reste de l’économie, ainsi que par une accélération des investissements. La production aurifère (25 % des exportations) continuera de progresser, grâce au prix élevé de l’once. En outre, la future exploitation d’un vaste gisement de gaz naturel offre une nouvelle perspective très favorable (la plateforme offshore Grande Tortue Ahmeyim sera opérationnelle fin 2021). Des perspectives intéressantes dans le secteur de la construction (projets d’extension des infrastructures portuaires de Nouakchott et Nouadhibou) appuyer en particulier par la Banque Mondiale (500 millions USD pour la période 2018/2023, majoritairement des dons) et de la Banque islamique de développement. Également des perspectives intéressantes dans le secteur de la pêche (+40% des exportations).