Date de publication :

Secteur Produits alimentaires
Pays concerné
Autriche
Thématique
Le grossiste autrichien Wedl fait état dans son « Food Report 2024 » des habitudes alimentaires des Autrichiens naviguant entre préservation des traditions culinaires et adoption de nouvelles pratiques plus conscientes. Malgré la prédominance des plats classiques tels que le schnitzel et la pizza, un tiers des Autrichiens expriment leur désir d'une alimentation plus riche en légumes et moins centrée sur la viande.
Image info sectorielle

Le flexitarisme gagne ainsi du terrain, surtout chez les femmes, avec 17 % des Autrichiennes l’ayant déjà adopté et 20 % envisageant de le faire, motivées par des considérations de santé et du bien-être animal. Ce dernier est par ailleurs devenu un critère déterminant considéré par 37 % des femmes et 23 % des hommes dans leurs décisions d’achats.

Le véganisme et le végétarisme demeurent cependant marginaux, avec seulement 2 % et 4 % de la population s'identifiant respectivement à ces régimes. En Autriche, l’engagement pour le bien-être animal ne se traduit pas nécessairement par l'abandon complet des produits d’origine animale mais par une attention plus marquée accordée à la qualité des produits consommés et des conditions d’élevage.

On le retrouve dans l’importance de la régionalité et de la fraîcheur aux yeux des consommateurs autrichiens. 49 % des Autrichiens considèrent la fraîcheur comme primordiale et 43 % mettent en avant la régionalité. Cette dernière trouve toutefois un écho plus important auprès des personnes âgées. 47 % des personnes de plus de 60 ans en font un critère de décision, comparativement à 37 % chez les moins de 40 ans. En outre, 77 % des Autrichiens préfèrent les aliments frais aux produits transformés. Cette tendance se confirme quand on leur demande à quelle fréquence ils consomment des produits transformés. Pour 66 % d’entre eux, ce n’est jamais ou rarement.

En ce qui concerne les sorties au restaurant, la question du rapport qualité-prix a fondamentalement gagné en importance alors que les Autrichiens se montrent plus frileux que par le passé. 45 % disent se rendre moins fréquemment au restaurant et 24 % réduire leurs dépenses. Cela n'empêche pas 25 % de la population à sortir plusieurs fois par mois, allouant en moyenne 19,90 EUR pour un repas en semaine et 26,20 EUR le week-end. La cuisine à domicile a tiré parti de la baisse de la prise de repas en extérieur, avec 23 % des Autrichiens reconnaissant cuisiner eux-mêmes plus fréquemment que l'année précédente, contre seulement 11 % qui confient cuisiner moins souvent.

Source : Wedl Food Report - 02/2024 - www.wedl.com