Date de publication :

Secteur Transition écologique
Pays concerné
Brésil
Thématique
Image info sectorielle

Lors de sa récente visite dans le pays, le président Macron a signalé son soutien à la coopération nucléaire avec le Brésil. 

Selon l'accord actuel, le Brésil construira son premier sous-marin à propulsion nucléaire, le "Álvaro Alberto", avec l'aide des français ; devenant ainsi le premier pays à en produire en dehors des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies - États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni et France.

Selon le chef du parti des travailleurs, le Brésil veut maîtriser la technologie nucléaire "non pas pour faire la guerre", mais "pour garantir à tous les pays qui veulent la paix que le Brésil sera à leurs côtés". L'autre argument est que le pays a besoin de forces armées "hautement qualifiées, préparées et équipées" pour garantir la paix lorsque cela serait nécessaire.

Pour le président brésilien, le partenariat militaire franco-brésilien "démontre l'intérêt du Brésil à atteindre une plus grande autonomie stratégique face aux nombreux conflits dans le monde", et une défense forte est également une garantie en cas "d'animosités contre le processus démocratique".

Macron, quant à lui, a exprimé son intérêt à resserrer la coopération militaire entre les deux pays et à lancer des projets plus ambitieux dans les décennies à venir.

Pour l’heure, le contrat (Prosub) que le Brésil a signé avec Naval Group pour la production des cinq sous-marins a nécessité un investissement de plus de 7 Mds d’euros et comprend également la construction d'un complexe industriel et d'une base de soutien aux opérations des sous-marins à Itaguaí. Le partenariat actuel prévoit le transfert complet de la technologie uniquement pour les sous-marins classiques, comme le Tonelero lancé ce mercredi, qui devrait aider à patrouiller sous la côte brésilienne. Avec le transfert de technologie prévu dans le cadre du partenariat avec la France, le Brésil aura une capacité accrue pour la conception, construction, exploitation et entretien de ses propres sous-marins.

Source :  Site Defesanet, 29/03/24, Ricardo Fan