Date de publication :

Secteur Produits alimentaires
Pays concerné
Italie
Thématique
Commandée par Fai-Cisl et réalisée par le Centre d'études Confronti, la recherche examine l'importance de la main-d'œuvre immigrée dans ce secteur, mettant en lumière des pratiques de coopération et d'intégration, ainsi que des problèmes d'exploitation.
Image info sectorielle

Le rapport souligne que la main-d'œuvre immigrée est omniprésente dans la chaîne d'approvisionnement agroalimentaire italienne. Selon les chiffres, environ 2,4 millions d'immigrés travaillent régulièrement en Italie, avec une contribution significative à l'agriculture, où près de 362 000 étrangers étaient employés à la fin de 2022, couvrant 31,7 % des jours de travail. Ces données sont probablement sous-estimées en raison du travail non enregistré et des enregistrements fictifs.

Les chercheurs constatent que, malgré de nombreux exemples d'inclusion et d'intégration réussies, beaucoup d'immigrés restent confrontés à l'invisibilité sociale, ne bénéficiant pas de la transition complète vers une citoyenneté sociale et politique. Cette situation est liée à une perception contradictoire de l'immigration, vue à la fois comme une menace sociale et une nécessité économique.

Le rapport appelle à des mesures pour protéger les droits des travailleurs immigrés et à la mise en œuvre complète de la loi 199 de 2016 pour lutter contre l'exploitation et le travail irrégulier. Les experts soulignent l'importance de la formation et de la régularisation pour garantir une intégration réussie, tout en insistant sur la nécessité de construire un système européen commun pour la gestion des flux migratoires, garantissant des canaux d'entrée réguliers et des salaires équitables.

 

Source : Italia Fruit News, 11/04/2024