Date de publication :

Secteur Transition écologique
Pays concerné
République Tchèque
Thématique
Image info sectorielle

Les investissements dans le système national de transmission et de distribution d’électricité devront augmenter d'au moins 400 M EUR par an dans les années à venir. Au total, cela devrait représenter environ 1,56 Md EUR par an ; c'est ce qui a été déclaré début avril à la télévision tchèque par M. Martin Durčák, président du conseil d'administration de ČEPS, la société nationale de transmission d’électricité. Selon lui et d'autres experts, la République tchèque a plusieurs années de retard dans le développement de certaines parties du secteur de l'énergie, et doit donc accélérer.

Selon le patron de ČEPS, il sera nécessaire de fournir de l'argent en particulier pour construire des technologies dites intelligentes dans les réseaux domestiques. ČEPS a déjà modernisé une grande partie de son système de transmission, mais maintenant c'est principalement le tour des systèmes de distribution, où plus de technologies seront nécessaires. De plus, selon Durčák, la quantification des investissements pourrait ne pas être définitive.

Selon Durčák, la modification de la loi sur l'énergie, qui réglemente les conditions d'accumulation et d'agrégation de l'électricité produite, devrait contribuer à renforcer le réseau national. Il a constaté que la République tchèque avait plusieurs années de retard dans ce domaine. Le développement des réseaux domestiques aura également un impact sur les prix de l'énergie pour les consommateurs. Selon M. Pavel Cyrani, vice-président de l’énergéticien national ČEZ, le pays doit accélérer la modernisation du secteur énergétique national pour avoir des prix compétitifs à l'avenir. Avec les retards actuels, il y a un risque que l'électricité en République tchèque soit jusqu'à un quart plus cher que dans l'Allemagne en 2030.

Source : site internet Oenergetice.cz, 07/04/2024