Date de publication :

Secteur Transition écologique
Pays concerné
Belgique
Thématique
Bernard Pinatel, membre du Comité exécutif et responsable de TotalEnergies pour la Belgique, affirme dans une interview à Trends-Tendances que son groupe peut jouer un rôle crucial dans la décarbonation de l'économie. En charge de la stratégie belge, il souligne l'ambition du groupe de contribuer à la décarbonation des activités, tout en restant fidèle à ses fondamentaux. En 2014, Patrick Pouyanné, Directeur de Total Energies a pris ses fonctions avec une intuition : "en plus de notre cœur de métier (le gaz et le pétrole), nous devons créer un nouveau pilier autour de l'électricité décarbonée, qui sera l'énergie du 21e siècle. Nous avons identifié cet axe et l'avons développé de manière significative". En effet, même si Total Énergies se porte très bien (résultats récents excellents et  investisseurs satisfaits). Le groupe s'engage à la fois dans les énergies renouvelables et dans les énergies fossiles à faible émission de carbone. TotaleEnergies affirme que ses résultats dans le gaz et le pétrole lui permettent de financer la transition énergétique et de développer un deuxième pilier axé sur l'électricité décarbonée. L'approche du groupe est intégrée : il utilise des sources renouvelables ou du gaz comme complément pour produire de l'électricité dans des centrales. Cette électricité est ensuite agrégée avec du trading et distribuée aux clients de TotalEnergies. En Belgique, c'est ce qui a justifié le rachat de Lampiris. Cette stratégie d'intégration est comparable à celle que TotalEnergies a menée dans le pétrole avec le raffinage et la distribution via les stations-services.
Image info sectorielle

Le système énergétique mondial repose encore à 80 % sur les énergies fossiles, une part qui ne diminue pas. La demande en énergie continue d'augmenter, tout comme la population. Plus d'1,5 md de personnes n'ont pas accès à l'énergie, et la part fossile de la demande a même augmenté. L'année dernière, la production de pétrole a augmenté d'environ 2 M de barils par jour, et cette croissance devrait se poursuivre cette année. question est posée de savoir si la hausse de la production d'énergies renouvelables est suffisante pour absorber la croissance de la demande énergétique globale. La réponse est claire : non, la croissance de la production d'énergies renouvelables ne fait qu'absorber la croissance de l