Date de publication :

Secteur Cosmétiques
Pays concerné
Canada
Thématique
Image info sectorielle

L’industrie mondiale de la beauté produit 120 milliards d’unités d’emballage par an, dont la plupart ne sont pas recyclables, comme le rapporte Zero Waste Week. De plus en plus de consommateurs réclament des options plus écologiques. Les marques s’efforcent de réduire leur impact sur la planète par le biais d’initiatives, comme les programmes de recyclage en magasin. Mais pour certains consommateurs, être plus respectueux de l’environnement est un vrai défi.  

Selon une étude réalisée par Mintel, 83 % des Canadiens affirment qu’il est difficile de savoir quel est le choix le plus durable. 35 % affirment qu’ils ignorent les messages sur le développement durable, à cause des tendances de greenwashing et de ce qui est vraiment recyclé.  

Les achats impulsifs déterminent ce qui va être recyclé ; l’incitation à la surconsommation reste présente.  

Certaines marques comme Glossier et Estée Lauder, utilisent la méthode des 3 R : réduire, réutiliser, recycler.  

Ainsi, en fonction du packaging (solide, rechargeable, compostable...). Il est nécessaire d’adapter son recyclage. Les entreprises doivent s’assurer que chaque produit ou emballage soit retourné et maintenu dans une boucle de recyclage. 

Source: Victoria Christie, 19 avril 2024, Elle Canada