Date de publication :

Secteur Equipements et Solutions pour l'Agriculture et l'Agroalimentaire
Pays concerné
Chili
Thématique
En 2017, le Chili a signé un accord d’équivalence de normes pour la certification des produits biologiques avec l’Union européenne, devenant ainsi le seul pays d’Amérique Latine à détenir un tel outil. Cet accord donne au Chili un accès à égalité de conditions à l’un des marchés de produits biologiques les plus importants au niveau mondial mais ouvre également la voie aux solutions pour les cultures végétales qui encourage la production biologique sur le territoire national.
Image info sectorielle

Dans cet accord, les 2 parties ont reconnu mutuellement l’équivalence des réglementations actuelles sur la certification biologique au Chili et dans les 27 États membres de l’UE. Par conséquent, les produits biologiques soutenus par cet accord et produits au Chili entrent sur le marché de l’UE sans nécessité de contrôles supplémentaires, ce qui élimine la duplication dans le processus de certification qui existe actuellement.

Le Chili exporte actuellement vers l’Union européenne, UE, une variété de produits biologiques, y compris des vins, des fruits frais tels que des pommes, des myrtilles, des framboises et du miel. Pour cette raison, les accords commerciaux sont essentiels pour promouvoir ces produits sur les marchés européens.

Ce 28 mai 2024, le Service Agricole et de l’Élevage du Chili (SAG) a précisé que l’Accord UE-Chili sur le commerce des produits biologiques restera en vigueur et sans modifications, la décision ayant été ratifiée par le Comité Mixte avec l’Union européenne, représenté par la Direction Générale de l’Agriculture et du Développement Rural (DGAGRI).

Face à la nouvelle réglementation du Règlement (UE) 2018/848, le Département de l’Agriculture Biologique du SAG effectue une évaluation comparative entre la réglementation européenne et chilienne. Le but de cette évaluation est d’identifier d’éventuelles divergences et de déterminer comment des changements peuvent être proposés pour maintenir l’intégrité du système de certification et garantir la confiance sur le marché national, aspects qui ont été rigoureusement maintenus jusqu’à présent.

 

Source : Servicio Agricola y Ganadero, 28/05/2024