Date de publication :

Secteur Transition écologique
Pays concerné
Allemagne
Thématique
La Société allemande pour la construction durable (DGNB - Deutsche Gesellschaft für Nachhaltiges Bauen) a terminé la révision de son système de certification pour les petits bâtiments résidentiels. Outre les nouvelles constructions, ce système inclut pour la première fois les rénovations. Autre nouveauté : les projets comportant jusqu'à douze unités d'habitation peuvent utiliser la variante du système. Jusqu'à présent, la limite était fixée à six unités d'habitation.
Image info sectorielle

Lors du développement de la certification, la DGNB a accordé une grande importance à la simplification de son application. L'étendue du contenu a également été réduite. Ainsi, le nouveau système DGNB ne comprend plus que 16 critères au lieu de 28 jusqu'à présent. Ceux-ci sont harmonisés avec les exigences du label de qualité pour les bâtiments durables (QNG - Qualitätssiegels Nachhaltiges Gebäude). La nouvelle variante du système ayant été prise en compte lors de la récente accréditation de l'organisme de certification DGNB, les projets peuvent dès à présent s'enregistrer pour bénéficier de la subvention fédérale pour les bâtiments performants (BEG - Bundesförderung für effiziente Gebäude).

Des subventions peuvent être accordées dans le cadre de l'aide BEG

Une nouvelle positive pour tous les maîtres d'ouvrage qui souhaitent utiliser le nouveau système de certification de la DGNB : les exigences QNG sont entièrement couvertes et, si vous le souhaitez, contrôlées en même temps, c'est pourquoi l'obtention de subventions dans le cadre de la promotion BEG est possible - sans aucune période de transition.

16 critères pour une qualité globale de durabilité

La contribution des bâtiments à la protection du climat fait partie des objectifs prioritaires de la certification. Ainsi, le nouveau système DGNB récompense les bâtiments qui sont exploités le plus rapidement possible de manière climatiquement neutre et qui conservent autant que possible la structure existante. L'énergie renouvelable doit être produite sur le site et utilisée par le bâtiment lui-même. Le DGNB souhaite également sensibiliser les maîtres d'ouvrage au thème de la biodiversité en les incitant à la promouvoir sur le site. En outre, la certification vise à soutenir le régime naturel de l'eau et à réduire la consommation d'eau potable.

Matériaux peu polluants, construction circulaire et suffisance en ligne de mire

En pensant aux habitants des bâtiments, le système DGNB pour les petits immeubles d'habitation récompense les mesures qui renforcent la santé de l'habitat. L'utilisation de matériaux à très faible teneur en polluants permet d'atteindre une qualité élevée de l'air intérieur. L'accent est également mis sur l'utilisabilité à long terme des maisons, par exemple sous la forme d'une bonne adaptabilité, d'une documentation judicieuse sur le bâtiment ou d'une réalisation architecturale de grande qualité. Dans l'esprit de la construction circulaire, le nouveau système DGNB vise à penser, avant même la construction, à l'utilisation et au recyclage ultérieurs des éléments et des matériaux de construction. En fin de compte, la DGNB promeut également l'idée de suffisance avec cette forme de certification. Les maîtres d'ouvrage et les concepteurs doivent réfléchir précisément aux mesures ou au niveau de confort réellement nécessaires et aux aspects auxquels ils peuvent renoncer sans perte de qualité.

La qualité écologique particulièrement importante

Ces objectifs ont donné naissance à un système de certification nettement plus ciblé, qui comprend 16 critères au total. Ce sont 12 de moins que dans la version précédente. Les critères sont répartis dans trois domaines thématiques. La "qualité écologique", qui représente 40% de l'évaluation globale, est un peu plus pondérée que la "qualité économique" et la "qualité socioculturelle et fonctionnelle".

Applicable aussi bien aux rénovations qu'aux nouvelles constructions

En termes de perspectives, la modification peut-être la plus importante du système DGNB pour les petits bâtiments résidentiels est son extension aux rénovations. "La gestion ciblée des bâtiments existants dans le sens d'une transformation vers la préservation des ressources et la neutralité climatique est sans doute le plus grand défi auquel nous sommes confrontés dans notre domaine", explique Johannes Kreißig. "C'est pourquoi l'étape consistant à adapter les critères au-delà de la prise en compte des nouvelles constructions pour les rénovations est si essentielle".

Aides à la planification incluses

Afin de permettre aux premiers utilisateurs du système DGNB de mieux s'orienter, les critères comportent un marquage indiquant à quelles phases du projet les différentes exigences doivent être concrètement prises en compte - de l'analyse des besoins à l'exploitation et à l'utilisation, en passant par la phase de planification et la mise en œuvre. De plus, le DGNB met à disposition une série d'outils qui servent d'aide à la planification et à la documentation dans le cadre de la certification.

Extension aux immeubles collectifs comptant jusqu'à douze unités d'habitation

Une autre adaptation importante est l'extension de la limite du système aux immeubles d'habitation comptant jusqu'à douze unités de logement. "Ainsi, le système DGNB allégé pour la rénovation et la construction de petits bâtiments résidentiels devient encore plus intéressant pour de tout autres groupes d'utilisateurs", explique Kreißig. "C'est justement dans le cas des immeubles d'habitation existants nécessitant une rénovation que de nombreux projets entrent dans la catégorie élargie". La DGNB distingue ici trois catégories : Les maisons individuelles et bi familiales, les immeubles collectifs comptant jusqu'à cinq unités d'habitation et les immeubles collectifs de six à douze unités d'habitation. Il existe de légères différences dans les exigences de certains critères. En outre, la DGNB utilise cette classification pour échelonner les frais de certification. Ceux-ci se situent entre € 950 EUR et € 2.250 EUR pour les membres de la DGNB et entre 1.450 EUR et  2.950 EUR pour les non-membres.

Contrôle des exigences QNG inclus dans les frais

Outre le pré-certificat et le certificat, les frais comprennent la vérification des exigences QNG ainsi que l'attribution du label correspondant, obligatoire pour les nouvelles constructions afin d'obtenir des subventions dans le cadre de la promotion BEG. En outre, il est possible de commander, sur demande, une vérification ESG relative à la taxonomie de l'UE, qui permet de vérifier la conformité avec les critères du système de classification de l'UE. Une inscription de projet à la nouvelle variante du système est possible à partir du 1er juillet 2024. En outre, la DGNB proposera dans les mois à venir une série d'événements numériques d'introduction à la nouvelle forme de certification. La première aura lieu le 4 juillet 2024 et l'inscription est possible via le site web de la DGNB.

Source : INGENIEUR.de, le 24 juin 2024.